Société

Les nudes, la sexualité non confinée

L’année 2020, dans toute sa première moitié aura été marquée par la pandémie à coronavirus. La Covid19 a modifié des habitudes et imposé des privations dont la restriction des mouvements. Conséquence, beaucoup d’amoureux ne peuvent se voir physiquement. Les réseaux sociaux, seul recours aux couples séparés, ont donc le vent en poupe. Facetime, Whatsapp, Telegram etc. continuent d’unir des couples et les maintenir en contact.

L’amour est devenu virtuel. Le sexe aussi.

Surtout pratiqué chez les plus jeunes, l’échange discret de nudes(photos ou vidéos de leurs corps dénudés) participe à la vie sexuelle, au sexe virtuel. En vogue depuis l’avènement des réseaux sociaux, les conversations vidéo coquines, les sextos, ou l’échange de nudes ont été portés à leur paroxysme avec le confinement dû à la Covid19.

Bien que nul ne sache exactement le niveau de sécurité de ces plateformes, une pléthore de données compromettantes y est échangée chaque jour. On peut donc imaginer le danger que pourraient représenter la divulgation de ces données conservées sur les différents serveurs.

D’autres dangers existent. La plupart des individus conservent ces données dans leurs téléphones qu’ils peuvent pourtant égarer.  En outre, l’exploitation de ces images par un ancien partenaire jaloux est possible. De nombreuses personnes se sont ainsi retrouvées exposées dans leur plus simple appareil sur « la place publique ».

Solution palliative contre la distance géographique en amour, le sexe virtuel requiert donc prudence et modération.

Max Tan

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
15 + 10 =


Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :