EmploiLe Dossier

Les dix commandements du manager.

Être un bon manager est l’ambition de toute personne en poste. Certains seraient plus doué que d’autres, pourtant ce n’est pas évident. L’apprentissage doit être permanent pour éviter les écueils. Il y’a des règles d’or à observer avec un respect quasi sacré.  JCD Mag, vous dresse un décalogue qui pourrait vous aider.

  • 1.Humble, tu seras.

On a beau être bon, voire le meilleur, rien n’est jamais gagné pour toujours. Un manager atteint du syndrome de la grosse tête ne parviendra jamais à motiver durablement son équipe, car il devient vite insupportable. Dès cet instant, le but de l’équipe est de pointer du doigt ses défauts afin le faire tomber de son piédestal. Même si, l’humilité est à l’heure actuelle, une denrée rare, elle est indispensable pour parvenir à progresser.

Il ne s’agit nullement de faire profil bas, mais de rester humble face à certaines réussites personnelles. Le fait de manager les autres signifie une responsabilité supplémentaire, un motif de fierté qui ne doit pas être le prétexte pour mépriser ses collaborateurs sans qui, aucun succès n’est possible.

  • 2.Respectueux, tu seras

C’est la base indispensable de toutes relations qu’elles soient professionnelles ou privées. Respecter ses « N-1 », y compris ceux qu’on n’a pas personnellement choisis, voici une saine fondation pour construire des relations porteuses. À condition bien sûr que la réciproque soit vraie. Sans respect de part et d’autre, il est impossible d’avoir non seulement une bonne ambiance de travail mais aussi une motivation pour avancer et que chacun remplisse ses objectifs, ensemble et/ou séparément.

  • 3.Toujours progresser, tu devras.

Un bon manager n’est jamais arrivé, du moins dans sa tête. Il se connaît, et sait qu’il peut toujours progresser pour mieux accomplir sa tâche. L’autosatisfaction n’est pas sa compagne car elle se transforme peu à peu en mauvaise conseillère. Élargir son champ de compétences, continuer de se former dans les domaines,où il a quelques lacunes. Un bon manager ne doit pas stagner dans la routine. Être un bon orateur, se perfectionner en finance, apprendre de nouvelles langues, sont des solutions pour continuer à progresser dans sa carrière.

  • 4.Faire grandir tes collaborateurs, tu t’y appliqueras.

En progressant soi-même, on a envie de faire progresser les autres, de les faire grandir dans leurs compétences. Le bon manager se doit de faire progresser son équipe, de pousser ceux qui ont un réel potentiel mais n’osent pas se lancer. Un manager doit préparer l’avenir, le sien, mais aussi celui de ses collaborateurs.

  • 5. Les objectifs, tu les fixeras.

Lorsqu’on est à la tête d’une équipe, fixer des objectifs fait partie des missions à remplir, pour ensuite parvenir à mobiliser le personnel afin de les atteindre. Tout cela ne s’improvise pas. Car les objectifs globaux doivent être déclinés dans tous les services et à chaque salarié. Cela permet d’assurer que tout le monde est en phase.

  • 6. Perdre de vue, jamais tu ne feras.

Au quotidien, la vie d’un manager est bien remplie. Pas un moment à soi. Les journées filent et il a l’impression de ne pas avoir le temps de tout faire et de tout bien faire. Il ne faut surtout pas céder à la panique et perdre le sens des priorités. Garder le cap, traiter les dossiers selon l’ordre hiérarchique des priorités, déléguer certaines tâches

  • 7. Reconnaissant, tu seras

Prendre le temps de dire merci ou féliciter une personne a toujours un effet positif. Le salarié sait qu’il travaille bien, que son patron l’a remarqué et ressent évidemment une satisfaction à voir ses efforts reconnus. La rémunération ne fait pas tout. La reconnaissance est partie intégrante de la motivation de tous y compris du manager. Reconnaître les efforts, savoir les apprécier en toute objectivité est partie inhérente du management.

  • 8. Ton autorité, tu sauras l’exercer

L’autorité a du bon et à défaut d’être naturel, elle peut s’acquérir peu à peu. Il n’est pas rare de devoir manager des personnes plus âgées, dont l’ancienneté est reconnue et qui connaissent bien la société et ses rouages, parfois mieux que le supérieur hiérarchique. N’empêche que l’autorité est entre les mains du manager et il doit savoir l’utiliser à bon escient. Cela demande une certaine préparation. Le cas du JCD (Jeune Cadre Dynamique) qui vient d’être recruté et est attendu au tournant par les vétérans de l’entreprise n’est pas toujours aisé. Il convient de se faire aider pour ne pas faire trop d’erreur qui pourrait faire peser une ambiance lourde au travail.

  • 9. Communiquer et écouter, tu feras.

On attend d’un manager, qu’il sache communiquer à la fois à l’écrit et à l’oral. Une communication qui se fait au jour le jour sur un ton léger mais qui doit aussi se faire de façon solennelle lors des réunions, lors des évaluations, au cours des entretiens de recrutement ou lors des conventions. Les salariés doivent être fiers car qu’ils en soient conscients ou pas, il les représente.

L’écoute est la base d’une communication féconde. Il convient au manager d’écouter calmement les plaintes, les suggestions, des uns et des autres et d’arbitrer les conflits sous-jacents avant que la situation ne s’envenime.

  • 10. Exemplaire, tu devras l’être.

Pour être à la hauteur des attentes de son équipe, il faut être exemplaire. Il est difficile d’être irréprochable mais un bon manager se doit d’adopter une attitude adéquate y compris lorsque l’on partage des moments en dehors de la sphère professionnelle. La cohérence entre les dires et le comportement sont des gages de sérieux et de compétences du manager.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
42 ⁄ 21 =


Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :