LifestyleSociété

Covid 19 et la « faim » des restaurants.

Tel un cheveu sur la soupe la pandémie à Coronavirus a tout bouleversé sur son chemin.  Les derniers mois auront été difficiles, disons pénibles pour tous les secteurs d’activités. Et l’une des grandes victimes collatérales de la crise sanitaire est sans doute le secteur de la restauration. Pendant deux mois, les restaurants, cafés, fast-foods etc. ont dû tous ranger leurs chaises et tables, remiser leurs couverts, baisser les stores et afficher  » fermé » pour se plier aux mesures de lutte contre la Covid 19.

Bon an mal an, certains ont pu continuer leurs activités grâce à la livraison des repas. Mais les commandes ont été réduites à une portion congrue car les gourmets angoissés avaient la tête ailleurs et faire bonne chère n’était pas la préoccupation la plus urgente. Avec la psychose générale, mais aussi par mesure de prudence, les livraisons de repas n’ont pas pu permettre d’assurer des recettes substantielles. Les cuisiniers, serveurs, et techniciens de surfaces ont dû être mis au chômage technique.

Maintenant que les mesures se sont assouplies, les restaurants ont rouvert mais les clients ne se bousculent point aux portillons. Les restaurateurs peinent à assurer les nombreuses charges de leurs établissements.

Pendant ce temps, la Covid 19 qui continue de sévir exige toujours des contraintes sanitaires notamment le respect de la distanciation sociale, le port du cache-nez obligatoire. Toutes ses mesures indispensables pour éviter la propagation de la pandémie ne rendent pas aisée l’affluence dans les restaurants.

Certains restaurateurs craignent de devoir mettre la clé sous le paillasson si la situation perdure. Les conséquences risquent d’être grave car, il ne faut pas l’oublier, le secteur de la restauration génèrent beaucoup d’argent et est un grand pourvoyeur d’emplois. 

Il y’a malgré tout quelques raisons d’espérer un retour à la normale. Car depuis de longues années, partager un repas à la bonne franquette entre amis dans un restaurant est rentré dans les mœurs des ivoiriens. On peut donc gager qu’une fois la pandémie finie, ils se ruent dans les restaurants pour faire ripaille.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
33 ⁄ 11 =


Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :